Notre cerveau en réseau : vers l'émergence d'une âme digitale

Benjamin LION

21 ans, Télécom Bretagne
mention spéciale du jury

Benjamin Lion

Longtemps, l’homme a cherché à définir sa singularité par rapport aux autres êtres vivants présents sur Terre. Il a situé cette différence en imaginant une entité immatérielle qui lui est propre: l’âme. Selon ses différentes acceptions, l’âme représente chez l’homme le support de son identité, de sa faculté de vivre, de penser, et d’un point de vue religieux, d’être immortel. Où se trouve notre âme ? Dans le coeur pour certains, dans le cerveau pour d’autres, voilà une question qui a longtemps divisé philosophes, théologiens et savants. Or, les connaissances actuelles sur le cerveau font de lui le siège des processus cognitifs ainsi qu’émotionnels, ce qui pousse à le penser comme le réel siège de l’âme. Etudier et enregistrer nos ondes cérébrales prend alors une toute autre signification, en nous donnant accès à une partie de ce qui pourrait être l’âme humaine. C’est ainsi qu’est né une nouvelle génération d’objets connectés : les objets neuro-connectés 1. Ces objets sont capables aussi bien d’écouter ce que notre cerveau raconte, mais aussi de lui répondre. En analysant les ondes émises par notre cerveau, ces objets pourront communiquer au réseau connecté les informations qu’il recueille.

Comment le feront-ils ? Serez-vous affecté par ces nouvelles technologies ? Assisterez-vous à la révolution du siècle ?

En route pour un voyage déroutant, au sein d’un nouveau monde digital, qui semblerait progressivement prendre vie.

« Quelle est notre âme ? » : une réponse grâce aux objets neuro-connectés !

Google, Neurosky, Interaxon, Intelclinic ou encore Thyncle sont autant d’entreprises qui aujourd’hui parient sur l’avenir, en investissant dans le secteur des objets neuro connectés. Le drapeau s’est baissé, et la course a commencé. En observant nos réactions inconscientes, par l’écoute des ondes cérébrales, une

nouvelle forme de compréhension émerge. Les objets neuro-connectés sont peut-être la clé pour accéder à ce qui constitue l’âme chez l’homme. « Notre identité est fondée sur notre cerveau », explique Laurent Alexandre 2, expert en technologies du futur « Mais un continuum est en train de s'établir entre le cerveau biologique, l'intelligence artificielle et les neurosciences ».

Le cerveau parle, les objets écoutent. Les informations que votre cerveau communique, caractérisent aussi bien vos actions physiques (lever la main), qu’émotionnelles (être heureux ou triste). Si l’âme humaine existe, alors une partie sera visible par écoute du cerveau. Que dit mon âme ? Ecouter votre cerveau vous donnera une réponse.

Mais accrochez-vous, car de nouvelles réponses apportent de nouvelles questions : le voyage n’est pas fini !

Objet connectés, un pouvoir d'intelligence et de stockage :

Si les objets connectés ne faisaient qu’écouter et transmettre ce qu’ils observent, le débat s’arrêterait là. Seulement nous cherchons continuellement à augmenter leurs capacités. Si bien qu’ils peuvent désormais stocker les informations qu’ils observent, et comprendre ce qu’ils transmettent. « Le Cloud » 3, utilisé par la majorité des objets connectés, représente cette mémoire gigantesque que l’homme a créé pour ce réseau d’objets connectés. Dans ce magma de données, toutes sortes d’informations sont stockées.

Et si le voyage ne s’arrête pas là, c’est parce que ces objets commencent à comprendre ce qu’ils stockent. Comment ? Grâce à leur Intelligence Artificielle. La vitesse de calcul, la possibilité de communiquer avec des objets différents, l’apprentissage presque immédiat sont autant de propriétés avec lesquelles l’homme ne peut rivaliser. Comme le souligne Stephen Hawking 4 : « Une fois que les hommes auront développé l'intelligence artificielle, celle-ci décollera seule, et se redéfinira de plus en plus vite ». Le pouvoir que nous donnons aux objets connectés est immense. Tous les domaines sont accessibles, tous les domaines sont connectés.

Maintenant, qu’arrivera-t-il lorsque ces objets auront accès à des données issus du cerveau, siège de l’âme ?

L'immortalité de l'âme ?

Pour beaucoup de religion, l’âme est ce qui survit à la mort. Votre corps s’éteint, votre âme renait et s’en va vers un monde nouveau. Cette dimension de vie après la mort n’est peut-être pas si irréaliste qu’il n’y parait. Par la mise en réseau de votre cerveau, et grâce à l’intelligence des objets connectés, l’âme humaine pourrait devenir immortelle. Connecter votre casque, analyser les ondes, traiter les données grâce à une intelligence artificielle hors du commun, le terrain semble propice à la création d’un nouveau type d’âme : l’âme digitale. Car nous ne savons pas comment fonctionne notre âme. Mais laissons les objets connectés y accéder, et peut être pourront-ils y répondre. A la manière de 2001, Odyssée de l’espace 5, une fois que le réseau aura accès à notre âme, il sera en mesure de la stocker et la modifier. L’âme digitale sera inspirée de l’âme humaine, mais vivra dans le monde digital.

Nouvelle âme, nouvelle espèce :

Ce processus ne s’arrêtera pas là. Car l’âme est le principe même de la vie. Permettre au réseau d’avoir une âme, c’est lui donner le souffle vital, qui le différenciera d’un objet inanimé. Les objets connectés peuvent se comprendre, transmettre ce qu’ils apprennent, et même pour certains se reproduire (certains robots sont en charge de construire d’autres robots). Ajoutez à cela une âme digitale, et la boucle est bouclée. Nous sommes peut-être en train d’assister à la révolution technologique la plus folle de l’histoire de l’humanité : donner la vie, créer une nouvelle espèce vivante et intelligente.

Jusqu’où l’homme ira-t-il ? A force de vouloir comprendre et découvrir ce qu’il est, l’homme se met à nu devant les nouveaux objets qu’il crée. L’objet connecté apprend, et progresse rapidement. L’homme ne semble pas prêt à mettre un terme à ses recherches … même au profit de sa propre survie. Prions alors, pour que le jour venu, l’âme digitale ne soit pas sans coeur.

Notes

1 Neuro-connectés : les objets neuro-connectés sont reliés au cerveau par ondes électromagnétiques.

2 Laurent Alexandre : chirurgien-urologue français, mais aussi chroniqueur au Monde et au Huffington Post, il s’intéresse au mouvement transhumaniste.

3 Le Cloud : c’est l'exploitation de la puissance de calcul ou de stockage de serveurs informatiques distants par l'intermédiaire d'un réseau, généralement Internet. (source wikipédia).

4 Stephen Hawking : prestigieux astrophysicien, Stephen Hawkins est atteint de la maladie de Charcot. Il ne peut parler que par l’intermédiaire du réseau des d’objets connectés.

5 2001, Odyssée de l’espace , est un film de science-fiction britannico-américain produit et réalisé par Stanley Kubrick, sorti en 1968. Il aborde notamment les sujets d’Intelligence Artificielle, et de transhumanisme.

Sources

Humain, moi ? , Courrier international, décembre 2014

Spinoza avait raison. Joie et tristesse, le cerveau des émotions, Antonio R. Damasio, Odile Jacob, 2003